Sainte-Gertrude / Saint-Géry

...paroisses de Gentinnes / St-Géry

Année de la miséricorde, quelle actualité ? Quels défis ?

Conférencier : Mgr Jean-Luc Hudsyn

Gentinnes le 24 Mai 2016

 

Mgr Hudsyn 1Mgr Jean Luc a ouvert sa communication en indiquant que c’est en réfléchissant à la violence qui secoue notre monde que le Pape François a décrété une année jubilaire extraordinaire autour d’un thème qui est au cœur des béatitudes : « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde » Lc 5,7. Le conférencier a pris soin de souligner que miséricorde, c’est un mot qui a priori passe mal : « ça fait un peu misérabiliste, ou alors une espèce de laxisme qui excuse tout ». Et pourtant, il s’agit d’un thème d’une grande actualité à plusieurs niveaux ; mais c’est en même temps, un défi qui exige une vraie conversion intérieure. Après un tour du thème dans la tradition de l’Eglise et dans l’enseignement du magistère, l’orateur a entrepris une enquête sur ce qu’en dit la Bible. Dans la Bible hébraïque, il a indiqué que le terme qui traduit le mot miséricorde est lié à deux séries de réalité : la tendresse de Dieu, le sentiment émotionnel qu’éprouve une mère devant son enfant quand il est menacé, et la fidélité à l’égard de celui qui est pauvre, celui qui est en difficulté. L’orateur a invité à tenir ensemble la complémentarité de ces deux versions du mot miséricorde, à savoir s’approcher de l’autre en se laissant toucher par ses entrailles, mais aussi avoir la capacité de s’engager au service de l’autre, dans les grands problèmes de société. Dans le Nouveau Testament, en particulier chez Luc, toutes ses paraboles de miséricorde caractérisent l’agir du père qui va à la recherche de la brebis perdue, qui accueille son fils perdu et qui s’occupe de l’étranger attaqué sur la route. « La miséricorde, c’est la carte d’identité du Dieu chrétien ». Mais sa pratique est aussi un vrai critère de discernement. Elle permet de reconnaître ceux qui sont disciples du Christ. l’Evêque conclut sa conférence en disant : « Etre une église, c’est montrer ce visage maternel de Dieu à l’humanité blessée ; une Eglise qui n’attend pas que les blessés frappe à sa porte, mais elle va les chercher, elle les accueille, elle les soigne et leur fait sentir qu’ils sont aimés ». Y aurait-il meilleure manière de souligner l’actualité de ce thème, et les défis qu’il nous lance ?

Patrick KIPASA MAYIFULU

 

Résumé de la venue de Jacques La Grange Diacre ce dimanche 13 mars 2016 à St Géry par Georges Derriks :

 

En ces temps de carême et la montée de Pâques,  il vient nous donner en  partage

son expérience biblique de solitude et de silence sur la montagne du Sinai, appelée aussi l'Horeb, appelée aussi Montagne de Moise.
 

Les 40 ans d'exode d'esclavage dans le désert pour trouver la Terre Promise est pour nous chrétiens le symbole du chemin de 40 jours de

carême avant Pâques. Cela signifie sans doute que le chemin intérieur vers Dieu est un long chemin. En effet il me demande d’abandonner ma vie confortable et matérielle pour une réelle conversion toute intérieure à Dieu. D’abord 5 jours en ermite dans une petite cabane face à l’Horeb suivis de 5 jours de marche accompagné de son guide Moussa, c.à.d. Moïse, et les lecturesde l'Exode et de St Jean se rejoignent sur le désir et le besoin de solitude et d'écoute; cette écoute qu'on retrouve dans le texte biblique "Ecoute Israel", l'endroit choisi par Dieu pour s'adresser au peuple hébreu.

Cet appel "Ecoute Israel" nous dit que Dieu est présent et nous invite à une relation - s'arrêter - écouter - regarder; il ne parle pas d'une voix tonitruante, mais Il est au cœur des événements - il ne nous parle pas à nos oreilles, mais à notre cœur. Il en va ainsi aussi avec le Prologue de Jean. Cette promesse de Dieu fait chair, devenu message d'amour à transmettre et nous donne l'envie de vivre.

Cette expérience est hors du commun , avec un jeune, inconnu, qui à prime abord n'a rien de commun avec l'intéressé; ils ne peuvent pas se comprendre, mais s'entendent bien - ils se découvrent, chacun dans sa prière et à Dieu.

Tel a été le sens de sa retraite - la découverte d'une véritable écoute qui a mené à aimer et vivre avec l'autre.

Après 10 jours, de recueillement défile toute une vie où le souvenir de chaque rencontre nous a façonné et fait ce que nous sommes, chacun dans notre parcours sur terre - quelle gratitude, quel émerveillement

----- Original Message -----

Conférence d'Alain Hubert au mémorial Kongolo, le 15 octobre 2015.

 

Résumé :

 

En présence d’une centaine de personnes Alain Hubert est venu présenter à Gentinnes le 15 octobre 2015 au Mémorial Congolo la station Princess Elisabeth Antarctica et a fait prendre conscience de l’importance de modifier nos comportements si nous voulons diminuer les risques climatologiques pour notre planète. 

 

Compte-rendu :

 

Il n’était pas difficile d’entrer dans le sujet « antarctique » dans une salle à 14° de température, à la meilleure saison au pôle sud, la température est en effet à -20°C et il suffit de bien se couvrir pour supporter ces conditions. La station Belge a été conçue pour la recherche scientifique mais aussi pour durer sans laisser d’empreinte écologique. Même l’eau est complètement recyclée et l’énergie est produite par des cellules photovoltaïques (panneaux solaires) et des éoliennes. L’eau chaude est produite par des tubes d’échange de chaleur solaire. Elle est ainsi un modèle de ce qui est technologiquement possible de faire pour éviter les émissions néfastes pour notre climat. Cette station reste inoccupée durant les 8 mois de l’hiver car la température peut y descendre à -50°C et la nuit est permanente. Il est néanmoins possible de suivre par satellite, depuis la Belgique, tous les paramètres de la station ainsi que les mesures des appareils scientifique en permanence.

Dans la deuxième partie de cette présentation le lien a été fait entre cette station d’observation, entre autre des changements climatiques, et notre comportement produisant de manière exponentielle de plus en plus de CO2 et qui fait monter la température de notre planète modifiant ainsi notre climat.  Puisque nous sommes la cause de ce phénomène nous en sommes aussi la solution. Pour cela il faudra faire des choix sachant que nos moyens de transport interviennent pour 21% dans ce phénomène et notre chauffage pour 16%, nous pouvons donc agir aussi individuellement.

La planète de demain ne sera pas celle d’hier, la population augmente, l’afflux de réfugiés nous confronte à cette réalité mais notre modèle occidental n’est certainement pas le meilleur modèle à suivre. Il existe pourtant des solutions techniques comme le démontre la station en antarctique mais il faut prendre les bonnes décisions, changer notre comportement et viser l’émission ZERO avec humilité et optimisme mais aussi avec plus de solidarité.

C’est à chacun de nous de relever le défi !

 

Princess Elisabeth Antarctica – ZERO EMISSION

2015

Calendrier

se_module_calendrier_94 - style=default - background=
<<   201909<20208 septembre 2020 >202010   >>202109
lun mar mer jeu ven sam dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
94202009